Le carnet de voyage d'un jeune Parisien fraichement émoulu de l'Escp-Eap en V.I.E à San Francisco. Un récit plein de suspens, d'humour et d'auto-dérision.

mardi, novembre 15, 2005

Rolling Stones on stage

En assistant au concert des Stones à l’Hippodrome de Longchamp lors du Voodoo Lounge Tour, je n’imaginais pas que 11 ans plus tard, j’allais les revoir un jour sur scène et encore moins à San Francisco. Après avoir passé un long weekend d’août à miser sur eBay pour acheter des places pour le concert des Stones de Novembre au SBC Park, j’ai enfin gagné des tickets… enfin quand le prix dépasse 3 chiffres, je ne sais pas si le terme « gagner » est approprié. Bref, quoi qu’il en soit, j’ai obtenu par miracle 2 places ultra bien placées dans les premiers rangs de la première tribune pour 30 $ de moins que le prix d’origine.

C’est Aurélie qui devait venir me rendre visite quelques jours pendant le week end du 11 novembre et m’accompagner au concert mais pour cause de VIE de dernière minute à Hong Kong elle a malheureusement dû annuler son séjour. C’est donc Nicolas, un ancien de l’école de passage pour quelques mois chez Bain à SF, qui a hérité des places.

Nous sommes arrivés juste au début de la première partie de Metallica dont je n’ai pas écouté la moindre note. Nous en avons profité avec Nicolas pour aller chercher des bières et discuter un peu. En revanche, c’était marrant de voir les fans secouer de la tête pendant près d’une heure…

Après un bref entracte, la lumière s’est éteinte laissant le stade dans le noir complet. Le public a commencé à hurler et la célèbre langue a fait son apparition accompagnée d’un immense feu d’artifice. Puis Mick Jaegger a surgi sur scène pour chanter une chanson de circonstance : Start me up. Nous avons ensuite eu droit à tous leurs grands tubes accompagnés de superbes jeux de lumières sur la scène. A un moment un bout de la scène s’est détachée et le groupe a traversé toute la foule sur une plateforme jusqu’au fond du stade.

Vous l’aurez compris, c’était du grand show. On a appris le lendemain dans la presse que la ville entière avait tremblé tellement ils avaient poussé le son. J’ai trouvé les papys du rock en très grande forme notamment « Michel » qui comme à son habitude a passé tout le concert à courir de tous les cotés.

Le stade est au bord de la baie, c’était un soir de pleine lune… une atmosphère unique pour un concert hors du commun !