Le carnet de voyage d'un jeune Parisien fraichement émoulu de l'Escp-Eap en V.I.E à San Francisco. Un récit plein de suspens, d'humour et d'auto-dérision.

vendredi, décembre 23, 2005

Voilà, c’est fini…

Dernière semaine à San Francisco plutôt chargée… Vendre ma voiture et mes meubles, récupérer la caution de mon appartement, fermer mon compte en banque, clore mon contrat d’assurance voiture, organiser un pot de départ au bureau et un à la maison, faire mes valises… bref beaucoup de boulot !

Samedi, c’est mon coloc qui a quitté l’appartement. Jeudi ce sera à mon tour. Ci-dessus une photo souvenir de Ryan, Jordan et moi samedi matin en pyjama dans la rue devant notre immeuble.

Difficile de faire un bilan à chaud de ces six mois de vie et de VIE à San Francisco. Beaucoup de très belles rencontres, une immersion passionnante au cœur du réacteur des nouvelles technologies, la découverte d’une ville magnifique et de ses habitants dont la gentillesse et la décontraction devraient inspirer un peu le parisien que je suis (j’étais ?)…

Tous ces bons moments passés m’ont littéralement sauté au visage lorsque l’avion me ramenant à Paris a survolé San Francisco avec une vue imprenable sur le Golden Gate. Je rentre heureux et serein à Paris pour retrouver ma famille et mes amis et pour affronter dans quelques semaines ma recherche de boulot avec pour mot d’ordre « stay hungry, stay foolish ! » pour reprendre la devise de Steve Jobs.

mercredi, décembre 14, 2005

La fin est proche…

Voilà quelques jours que je suis rentré à San Francisco. Contrairement à ce que vous pouvez imaginer ce n’est pas trop la fête en ce moment. Je dois déménager le reste de mes affaires, vendre ma voiture, mes meubles, fermer mon compte en banque… et pour couronner le tout j’ai pas mal de boulot !

Une fois que tout sera fini, je pourrai profiter enfin de mes derniers jours à SF : me faire quelques bons restos, bruncher chez Mama’s, retourner à Glide Church, aller voir King Kong à l’iMax, retourner baver devant l’iPod vidéo et le nouveau iMac G5...

jeudi, décembre 01, 2005

Le Lauréat

Je viens de quitter San Francisco pour Paris. Je reste une dizaine de jours pour le boulot mais également et surtout pour ma cérémonie de remise de diplôme vendredi. Une journée émouvante en perspective avec le plaisir de retrouver tous mes petits camarades de promotion. J’ai hâte !

jeudi, novembre 24, 2005

Turkey Day

Jeudi était le jour du sacro Thanksgiving américain. En gros, tous les américains retournent dans leur famille pour se gaver pendant une journée entière de Turkey, de Pumpkin Pie… le tout en regardant le football américain.

Pour ne pas que nous Français expatriés soyons en reste, nous avons organisé avec des amis du bureau notre Thanksgiving. Au menu mes célèbres « crevettes au guacamole maison », toast de foie-gras, dinde fourrée, purée de pomme de terre maison, haricots verts, une américaine avait fait un gratin patates douces-marshmallows (pas terrible), une grande salade, du fromage et pour finir une tarte à la citrouille et un quatre-quarts recouvert de chocolat… le tout arrosé de délicieux vins apportés par Manu qui est importateur de vin à San Francisco. Bref… l’orgie ! Le déjeuner-dîner a duré de 16h à 20h.

Une journée très sympa en somme d’autant que la ville était littéralement déserte ce jour-là. Je me suis un peu senti fêter Noel sans famille… bizarre comme impression.

Le lendemain en revanche, San Francisco avait retrouvé sa population qui se battait pour profiter du « black Friday », le jour des soldes après Thanksgiving. De mon côté je n’ai pas fait trop de folies juste quelques chemises de chez Brooks pour changer…

mardi, novembre 15, 2005

Rolling Stones on stage

En assistant au concert des Stones à l’Hippodrome de Longchamp lors du Voodoo Lounge Tour, je n’imaginais pas que 11 ans plus tard, j’allais les revoir un jour sur scène et encore moins à San Francisco. Après avoir passé un long weekend d’août à miser sur eBay pour acheter des places pour le concert des Stones de Novembre au SBC Park, j’ai enfin gagné des tickets… enfin quand le prix dépasse 3 chiffres, je ne sais pas si le terme « gagner » est approprié. Bref, quoi qu’il en soit, j’ai obtenu par miracle 2 places ultra bien placées dans les premiers rangs de la première tribune pour 30 $ de moins que le prix d’origine.

C’est Aurélie qui devait venir me rendre visite quelques jours pendant le week end du 11 novembre et m’accompagner au concert mais pour cause de VIE de dernière minute à Hong Kong elle a malheureusement dû annuler son séjour. C’est donc Nicolas, un ancien de l’école de passage pour quelques mois chez Bain à SF, qui a hérité des places.

Nous sommes arrivés juste au début de la première partie de Metallica dont je n’ai pas écouté la moindre note. Nous en avons profité avec Nicolas pour aller chercher des bières et discuter un peu. En revanche, c’était marrant de voir les fans secouer de la tête pendant près d’une heure…

Après un bref entracte, la lumière s’est éteinte laissant le stade dans le noir complet. Le public a commencé à hurler et la célèbre langue a fait son apparition accompagnée d’un immense feu d’artifice. Puis Mick Jaegger a surgi sur scène pour chanter une chanson de circonstance : Start me up. Nous avons ensuite eu droit à tous leurs grands tubes accompagnés de superbes jeux de lumières sur la scène. A un moment un bout de la scène s’est détachée et le groupe a traversé toute la foule sur une plateforme jusqu’au fond du stade.

Vous l’aurez compris, c’était du grand show. On a appris le lendemain dans la presse que la ville entière avait tremblé tellement ils avaient poussé le son. J’ai trouvé les papys du rock en très grande forme notamment « Michel » qui comme à son habitude a passé tout le concert à courir de tous les cotés.

Le stade est au bord de la baie, c’était un soir de pleine lune… une atmosphère unique pour un concert hors du commun !

lundi, novembre 14, 2005

Juste pour vous dégouter...

Pour le plaisir un petit post pour vous montrer le temps qu'il fait actuellement à San Francisco... Photos prises le matin en allant au bureau dans la Le Baron décapotée !

dimanche, novembre 13, 2005

Patti Smith on stage

Vendredi, une copine qui bosse au service culturel du Consulat m’a envoyé un mail indiquant que Patti Smith donnait une lecture de ses poèmes ce dimanche dans un petit théâtre de Mission. J’aime beaucoup Patti Smith la chanteuse mais je dois avouer que je ne connaissais moins bien la poétesse… Mais bon, ça m’avait tout l’air d’une expérience san franciscaine d’aller écouter une icône du rock approchant des 60 ans lire des poèmes un dimanche soir dans une petite salle du quartier mexicain.

Comme vous certainement, la plupart des mes compatriotes de SF ne connaissent pas très bien Patti Smith ce qui fait que j’y suis allé tout seul. Arrivée à 8:30PM dans ce vieux théâtre de Mission où se pressait déjà une faune tout ce qu’il y a de plus locale, c’est à dire des gens… bizarres ! Bref, pour changer une belle réunion de tarés comme c’est souvent le cas ici. J’ai rapidement senti que j’allais vivre une soirée spéciale. En fait, cette lecture avait été montée en quelques jours et le public en avait entendu parler uniquement par bouche à oreille.

Patti Smith est arrivée sur scène à 9PM sous les hurlements de joie du public. La star a conservé le look androgyne qui fit son succès dans les années 70. Elle portait un jean moulant délavé, des bottes, une chemise de bucheron et un blazer sur le revers duquel elle arborait fièrement la décoration de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres que lui a remise le Ministre de la Culture français en juillet.

Elle a lu quelques poèmes puis elle a commencé à nous raconter sa vie. Le donut dégueulasse qu’elle s’était tapé le matin, son dîner qu’elle avait du mal à digérer. Elle n’a d’ailleurs pas hésité à lâcher deux rots bien sonores entre deux poèmes !?! Elle a bien sûr parlé de Bush, de Schwarzenegger, des riots en France…

Puis elle a décidé, pour notre plus grand plaisir, de chanter quelques chansons entre ses lectures de poèmes. Nous avons eu droit à une bonne demi-douzaine de chansons parmi lesquels quelques uns de ses plus gros succès issus de Horses. Parfois elle interrompait la chanson car elle se mettait à chanter faux, oubliait les accords de guitare, se trompait dans les paroles… Après avoir lancé un bon glaviot sur la scène, elle a appelé à la rescousse son complice guitariste Lenny Kaye qui lui a donné un petit coup de main.

Au bout d’une heure trente elle nous a demandé depuis combien de temps elle était sur scène. Un type de l’assistance lui a répondu 30 minutes. « Putain, faut que je tienne encore une heure sur scène alors » nous a-t-elle lancé. Ce qui fait que le concert a duré près de 2 heures.

Sous ses airs grunge, se cache derrière Patti Smith une véritable artiste dont les textes ont beaucoup influencé les artistes et la culture des années 70. Une véritable expérience psychédélique, rock & roll : une icône du rock des années 70 un peu défoncée qui organise à l’improviste une lecture de poèmes un dimanche soir à San Francisco. Bref, une "expérience" unique dans tous les sens du terme.